brochand
brochand
brochand
La permanence parlementaire a changé d’adresse. retrouvez-nous désormais au 8 rue du Docteur Pierre Gazagnaire à Cannes
Lire aussi
Bernard Brochand interpelle le Ministre de l’économie et des finances
Bernard BROCHAND interpelle le Gouvernement sur les pratiques d’inflaton masquée
Question écrite du 22 juillet 2008 relative aux machines à voter électroniques
Question écrite du 2 décembre relative aux conséquences des sanctions encourues pour les excès de vitesse les plus faibles
Question écrite du 2 décembre relative aux moyens de relancer l’industrie automobile
Question écrite du 25 novembre relative au taux de TVA appliqué aux prestations de nettoyage des plages du littoral et réponse Ministre
Question écrite du 25 novembre relative à la précarité de l’occupation des anneaux d’amodiations et Réponse du Ministre
Question écrite du 25 novembre relative à la continuité contractuelle en matière d’occupation du domaine public portuaire pour les actionnaires de concessions et réponse du Ministre
Question écrite du 25 novembre relative aux pratiques de « carry back » auxquelles sont confrontées les PME du secteur du BTP.
Question écrite relative aux conséquences de la fiscalité en matière de cessions immobilières, en particulier pour les collectivités territoriales de zones touristiques et Réponse du Ministre
  Imprimer
  Envoyer à un ami
 
   Accueil - EN DIRECT DE L’ASSEMBLEE - QUESTIONS ECRITES
Bernard Brochand interroge le Ministre de la cohésion des territoires

sur l’application de l’article 55 de la loi 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain

Mr Bernard Brochand interroge M. le ministre de la cohésion des territoires sur l’application, dans certaines communes des Alpes-Maritimes, de l’article 55 de la loi 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La loi « SRU », prévoit dans son article 55 l’obligation pour certaines communes de disposer d’un taux minimum de logements sociaux, selon des critères définis par le code de la construction et de l’habitation (CCH). Le taux de 25 % de logements sociaux s’applique aux communes de ma circonscription.

Or il faut tenir compte de la spécificité des communes du littoral des Alpes-Maritimes. Certaines ont un climat social très dégradé car lié au terrorisme et à la présence sur leur territoire de foyers djihadistes, et l’augmentation de logements sociaux risquerait d’aggraver cette situation.

Leur état financier doit également être pris en compte à la suite de la baisse de la dotation globale de fonctionnement et si elles n’ont pas de réserve foncière, elles n’ont pas les moyens d’acquérir des terrains dont les prix sont particulièrement élevés.

Aussi, malgré leur volonté de respecter l’application de la loi, plusieurs communes des Alpes-Maritimes ne seront jamais en mesure, en l’état actuel de la réglementation, d’atteindre lesdits quotas. Elles seront alors systématiquement soumises à des amendes de plusieurs centaines de milliers d’euros qui mettront en péril leur budget.

Aussi il l’interroge sur la possibilité d’instaurer, à titre exceptionnel, un moratoire voire même une exonération pour les communes dont le contexte local le justifie.

Mentions légales | Plan du site | Contact | Flux RSS